29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 15:32

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image153.jpgDoubleuse française d'une série américaine mondialement connue, Jeanne voit son monde s'écrouler lorsque Jennifer Marshall, la comédienne américaine à qui elle prête sa voix, décide d'arrêter sa carrière, suite à une dépression nerveuse. Sur le conseil de son amie Marie, Jeanne part aux Etats-Unis pour savoir ce qui s'est passé et essayer de faire en sorte que Jennifer change d'avis. Arrivée à Hollywood, Jeanne essaie d'approcher la star tant bien que mal, avec un anglais très approximatif mais de la suite dans les idées...

Sans la présence de Florence Foresti, je ne serais certainement pas allé voir ce film. Foresti a un talent comique indéniable, ne fut-ce qu'avec son expression faciale, elle fait rire. Jamel Debbouze, aussi de la partie, n'est pas triste mais ici fait un peu pâle figure. Le scénario, bien qu'original, n'est pas à la hauteur du talent des comédiens principaux, certains gags tombent à plat... alors que d'autres fonctionnent bien. On saluera les apparitions (trop courtes) de Muriel Robin et Alex Lutz. Le contexte et les allusions à Desperate Housewife et Sex and the City me semblent flagrantes, mais la parodie ne prend pas... Il s'agit donc là d'un film à réserver aux fans de Florence Foresti et/ou Jamel Debbouze, mais ne vous attendez pas à une histoire hilarante. Restez un instant après la fin pour voir un clip tourné par la troupe du film...Un moment de cinéma sympathique, sans plus.

Partager cet article

29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 15:00

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image151.jpgEdmond Vidal et Serge Suttel sont des amis d'enfance qui ont découvert la prison ensemble à cause d'un stupide vol de cerises. Puis, inexorablement, ils ont plongé dans le grand banditisme, formant le gang des Lyonnais, les plus célèbres braqueurs du début des années 70. Aujourd'hui à l'approche de la soixantaine, Edmond tente d'oublier cette période de sa vie. Sa rédemption, il l'a trouvée en se retirant des "affaires". À l'inverse de Serge qui, malgré le temps, n'a rien renié de son itinéraire...

Il s'agit ici d'un film policier comprenant gangsters et bien sûr policiers. Dans "Les Lyonnais", nous avons une histoire qui commence dans les années 70 par flashbacks quand les acteurs sont plus jeunes et se rencontrent en prison puis, dans une deuxième partie, nous avons l’histoire qui se déroule de nouveau à la période d’aujourd’hui. La coordination de ses deux périodes est un peu difficile par moment à comprendre et on a dû mal à s'y retrouver à mon goût. L’histoire en gros est comme dans tous les policiers, ce sont des gangsters qui sont devenus père, mari... avec des sentiments. C'est alors que Serge se fait arrêté par la police, qui est considéré par Momo comme un frère et ne peut le laisser se faire prendre. 

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image225.jpg

Commence ainsi une course poursuite dans les deux versions, celle du flic envers Momo et celle de Momo pour faire sortir son camarade Serge, de la police. Momo se fait aidé par d’autres complices pour réussir son plan pour faire évader Serge. Momo se retrouve face à face avec le flic qui est à ses trousses. Film du genre policier de qualité, à voir au moins une fois, il est truffé d’une histoire banale comme on voit partout dans les policiers mais celui là est revu différemment malgré tout car dans celui là il y a les flashbacks de leurs enfances pour nous raconter le début de leur histoire et pourquoi ils sont si proches, il y a aussi de la musique pas très courant dans un policier.

Note : 3.5/5.

Partager cet article

27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 15:31

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image149.jpgPar un splendide travelling avant qui nous plonge dans le Paris des années 30, la caméra nous emmène depuis le ciel de neige à travers une gare et jusque dans une horloge, dans laquelle vit un petit orphelin de 12 ans, Hugo. Il est à la recherche de pièces manquantes pour réparer un automate que son père (malheureusement décédé) avait trouvé dans un musée et sur lequel il travaillait. Hugo est doué pour réparer les mécanismes et s'occuper de l'entretien et de la maintenance des horloges de la gare. Il ne lui manque plus qu'une clé, en forme de coeur, pour faire fonctionner l'automate, car il croit que son père lui a transmis un message via cette machine...

Ayant vu ce film en 3D, je vous le recommande chaudement. C'est une pure merveille tant au point de vue visuel qu'au point de vue du scénario. Les jeunes Asa Butterfield et Chloé Grace Moretz sont d'excellents acteurs, encadrés par des pointures en premiers rôles : Ben Kingsley, Sacha Baron Cohen, Christopher Lee... et des seconds rôles comme Jude Law ou Frances de la Tour (alias Madame Maxime dans la série des Harry Potter, pour les connaisseurs...). Chloé Moretz me fait beaucoup penser à Hermione Granger... aurais-je été ensorcelé par la série des Harry Potter ?... Sérieusement, pour en revenir au film, les décors sont très très beaux et soignés, la 3D est bien foutue, sans excès d'effets spéciaux (il y en a quand-même un peu, mais ce n'est pas un film du genre fantastique), pour une belle histoire adaptée du roman éponyme "L'invention d'Hugo Cabret" de Brian Selznick (qui apparaît lui-même en caméo).

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image317.jpgLa seule chose "étrange" est que l'histoire se passe à Paris, cependant tout le monde parle en anglais (j'ai été voir le film en VO), avec des pointes de français (les gens s'appellent "Madame", "Monsieur", en français dans le texte, les inscriptions sont aussi en français...), mais cela ne nuit pas à l'appréciation globale. L'histoire rend aussi un bel hommage aux débuts du cinéma et à l'oeuvre de George Méliès en particulier. A noter que le film est produit par Martin Scorsese lui-même (il est le réalisateur), mais aussi Johnny Depp, entre autres. Un bon moment de conte familial pour les fêtes ! 

Partager cet article

27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 15:17

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image147.jpgMumble, le roi des claquettes, est bien ennuyé quand il découvre que son fils Erik est allergique à la danse. C’est alors que ce dernier s’enfuit et rencontre Sven Puissant, pingouin capable de voler ! Mumble comprend qu’il ne peut nullement rivaliser avec ce personnage charismatique qu’Erik tente d’imiter… Mais la situation ne fait qu’empirer quand le monde est menacé par des forces telluriques… Erik prend conscience que son père ne manque pas de cran lorsqu’il mobilise le peuple des pingouins et d’autres créatures fabuleuses, du minuscule Krill au gigantesque éléphant de mer, Eléphant Seals, pour rétablir l’ordre…

En gros, on retrouve Mumble et Gloria qui ont un enfant, Erik. Mais comme son père avant lui, le garçon a bien dû mal à s'intégrer dans sa famille de danseurs, lui, qui ne sait pas mettre un pied devant l'autre. Il va partir et rencontrer Sven Puissant, pingouin capable de voler, qui va devenir son modèle. Mumble, parti à la recherche de son fils, va faire une terrible découverte en rentrant chez lui : un mouvement de la banquise a emprisonné tous ses amis, qui sont désormais coincés entres les icebergs ! Le personnage de Mumble, ce manchot roi des claquettes, autrefois banni par les siens pour son incapacité à chanter et aujourd'hui papa d'un enfant, allergique à la danse et qui ne chante pas non plus, lui son truc c’est de vouloir voler. Cinq ans après "Happy Feet", oscar du meilleur film d’animation, George Miller signe une suite visuellement réussie. 

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image224.jpgVous ne la trouvez pas un peu bizarre cette famille de pingouin entre une mère qui chante, un père qui ne sait pas chanté mais qui sait dansé et un de leurs enfants qui veut une seule chose : voler ?... Bref, un film d'animation de très bonne qualité autant par le fond que la forme pour les petits comme pour les grands !

Partager cet article

24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 15:24

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image145.jpgDans "Les Bagnoles 2", la voiture de course vedette Flash McQueen et l'incomparable dépanneuse Martin poursuivent leur amitié sous de nouveaux horizons lorsqu'ils se rendent à l'étranger pour participer au tout premier grand prix international, qui couronnera la voiture la plus rapide au monde. La route vers le championnat est parsemée de nids de poule, de détours et de surprises hilarantes, alors que Martin est impliqué dans des intrigues d'espionnage. Martin doit choisir entre aider Flash McQueen à participer à la course ou participer à une mission secrète orchestrée par l'agent secret Britannique Finn McMissile et la magnifique espionne en herbe Holley Shiftwell. L'aventure pleine de rebondissements entraine Martin dans une folle poursuite dans les rues du Japon et de l'Europe sous le regard de ses amis et du monde entier. Ce film enlevant nous fera découvrir une nouvelle distribution avec des méchants menaçants et des compétiteurs aux couleurs internationales.

Dans la première partie du film McQueen est au premier plan mais voilà au moment où ils partent à l’étranger, Martin, devient le héro de cette histoire. Nous avons une intrigue forte en action, explosions, dérapages et un humour décalé surtout avec Martin. Martin se retrouve embarquer dans une histoire d’espionnage et de grand complot. Dans un moment du film, Martin porte même une bombe dans son capot de voiture et c’est là que Flash McQueen comprend que, pour Martin, son amitié est plus important que sa vie, une bonne leçon pour certaines personnes. 

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image223.jpgDans "Cars 2", ne vous inquiétez pas, les jeunes fans, Martin fait toujours autant de pitreries et Flash McQueen en a par-dessus le capot. Vous n’y échapperez pas aux gags de Martin accompagné de nouveaux amis tout au long de cette nouvelle histoire. Imaginez une voiture de course contre une voiture de formule 1.

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image316.jpgIl est clair que ce film reste un bon divertissement familial qui ne décevra pas les plus jeunes ni les amateurs de films d’action.

Note: 7/10.

Partager cet article

23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 15:31

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image142.jpgNé pendant la grande dépression, Steve Rogers a un état de santé fragile et grandit au sein d’une famille pauvre. Scandalisé par les actualités sur les Nazis en Europe, Rogers est motivé à s’inscrire sur les registres de l’armée. Pourtant, il est refusé à cause de sa fragilité et de sa maladie. Ayant entendu par hasard la sérieuse demande du jeune garçon, le Général Chester Phillips lui offre l’opportunité de participer à une expérience secrète… Opération : Renaissance. Au bout de quelques semaines de recherche, on lui a administré « le sérum du super soldat » avant de passer sous « vita-rays ». Steve Rogers sort du traitement avec un corps parfait tout en maintenant son côté humain. Rogers a ensuite suivi un programme physique intensif et un entraînement tactique. Trois mois plus tard, il devient le Captain America. Armé de son bouclier indestructible et muni de son savoir-faire de combat, Captain America a continué sa guerre contre le mal à la fois en tant que factionnaire de la liberté et leader des Vengeurs.

Steve Rogers, un jeune américain tout à fait banal, sauf qu’il ne peut assouvir son envie de rejoindre l’Armée Americaine à cause de ses problèmes de santé.

Ce film est basé sur la bande dessinée d’action et de guerre du même nom datant de 1940 par Marvel comme tant d’autres connus (Iron Man, Green Lantern...). Donc un film de guerre et d’action pas comme les autres car celui là concentre son histoire davantage sur le personnage de ce Capitain American que sur l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale.

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image144.jpgL'intrigue se découpe en trois parties, la première : le désespoir de Steve Rogers à ne pas pouvoir entrer dans l’armée américaine. La deuxième : sa transformation ; de Steve Rogers on passe à un super soldat grand, fort et en parfaite santé. Et enfin, la troisième : sa détermination à aller sur le front et se battre en tant que soldat et non plus comme l’icône des soldats sur le front.

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image222.jpgChris Evans qui joue parfaitement la seconde partie du film, exactement au moment où Steve Rogers devient le célèbre Capitain American, Chris Evans rentre en jeu avec, à son compte, plusieurs heures d’entraînement pour ressembler à ce super héro. Dans la première partie du film, ils ont dû prendre un autre acteur, car moi-même je me suis fais avoir en croyant que c’était Chris Evans qui avait joué toutes les scènes et bien non comme plusieurs d'entre vous ont du être surpris. Film à voir... Exceptionnel.

Partager cet article

22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 14:24

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image141.jpgDans le Paris inondé de 1910, une étrange créature terrifie et sème la panique dans la Capitale. Emile et Raoul, deux hommes que tout oppose et que rien ne prédispose à l’aventure, se retrouvent propulsés dans la chasse au Monstre. Une épopée virevoltante qui les conduira à se découvrir eux-mêmes, trouver l’amour et faire voler en éclat les apparences. Et si la meilleure cachette était sous les feux de "L'Oiseau Rare", un cabaret où chante Lucille, la star de Montmartre au caractère bien trempé ? Car le monstre est-il celui que l’on croit ?

Nous avons ici comme personnage la jolie Lucille, dont la voix douce et entraînante est celle de Vanessa Paradis et "Francoeur", une énorme puce tout droit sorti d’un singe. Avec tout ça, nous avons deux réelles histoires d’amour que l’on aperçoit dès les cinq premières minutes du film. "M", le chanteur, a prêté sa voix à "Francoeur" qui va jouer de la guitare dans un cabaret (qui sera aussi sa cachette, car il est recherché par la police de la ville) pour accompagner "Lucille", une chanteuse du cabaret et nièce de la propriétaire des lieux.

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image221.jpgJe trouve qu’il y a beaucoup trop de chansons qui couvre et bouche les trous et longueurs de ce film. Histoire imaginative, surprenante dans le sens où une puce devient géante, surtout quand celle-ci chante, danse et joue de la guitare dans un cabaret. Joli et appréciable pour se détendre devant la télévision en famille ou même entre amis.

Partager cet article

20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 18:55

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image138.jpgL'histoire commence avec la libération d'Ethan Hunt d'une prison russe. Après avoir reçu leur ordre de mission, Jane, Benji et Ethan se rendent au Kremlin pour essayer de récupérer un élément permettant le lancement de bombes nucléaires, qui risque de tomber entre de mauvaises mains. Leur mission est compromise par d'autres "voleurs" qui ont pris les devant, menés par un physicien fou qui veut déclencher une destruction totale du monde. Ce dernier commence par faire exploser le Kremlin, pour couvrir sa fuite avec les éléments de la bombe, et déclencher une tension entre les Etats-Unis et la Russie. La FMI (Force Mission Impossible) est accusé de l'explosion, et le Président américain déclenche le Protocole Fantôme : la FMI est donc mise hors service. Le Secrétaire de la FMI se fait tuer, et l'agent Brandt, un analyste, rejoint l'équipe. Avec très peu de moyens, l'équipe de tout ce qui reste de la FMI va tenter d'empêcher la troisième guerre mondiale, en déjouant les nombreuses embûches sur leur chemin.

N'étant pas fan de Tom Cruise mais étant fan des "Mission Impossible" et des "James Bond", je suis allé voir ce film pour l'action, le scénario et les gadgets sophistiqués. Les acteurs sont bons, les scènes d'action et les gadgets sont réussis et le scénario tient à peu près la route, bien qu'il y ait de nombreuses incohérences et que dans l'ensemble les scènes "où ça se passe tout juste" soient fort tirées par les cheveux (mais c'est le principe de Mission Impossible, n'est-ce pas? ) !

Bon film dans l'ensemble, assez long (2h15 !), qui ravira les amateurs du genre. 

Partager cet article

19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 18:41

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image136.jpgDans un futur proche, les humains sont génétiquement programmés pour ne plus vieillir à partir de 25 ans, et de là ils ont une année de plus à vivre, sauf s'ils trouvent du temps supplémentaire. Le temps est donc devenu une valeur marchande : les riches peuvent vivre éternellement, pendant que les autres doivent négocier leur immortalité. Un jeune homme, Will Salas, qui n'a pas pu empêcher la mort de sa mère, rencontre Henry Hamilton, un homme ayant déjà vécu 105 ans, qui trouve qu'il devrait y avoir du temps pour tout le monde et pense que les humains ne sont pas faits pour vivre infiniment. Il fait cadeau d'un siècle à Will, puis il meurt, ayant épuisé tout son temps. Des policiers que l'on appelle "Gardiens du Temps" vont se lancer à la poursuite de Will en pensant qu'il a tué Henry.

Dans cette très belle réflexion sur le clivage riches/pauvres, l'expression "le temps c'est de l'argent" prend tout son sens. Bien que le concept soit un tantinet tiré par les cheveux, l'histoire n'en est pas moins originale et très intéressante. Le scénario est cohérent, les acteurs sont très bons, seconds rôles inclus (Johnny Galecki, Olivia Wilde, Matt Bomer, Vincent Kartheiser...) et les scènes d'action et de rebondissement sont surprenantes. On pourrait dire qu'il s'agit d'une version moderne de Robin des Bois... Une autre réflexion sur l'immortalité est aussi présente tout au long du film : les humains seraient-ils plus heureux de vivre éternellement ? Personnellement je trouve génial que des fims de ce genre existent, afin que l'humanité ne "tombe" pas dans ces extrêmes... J'ai passé un très bon moment de cinéma et je le recommande vivement aux amateurs de scénarios d'anticipation.

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image219.jpgAndrew Niccol est aussi connu comme réalisateur d'autres films ("Lord of War", "S1m0ne",...) et notamment du film "Bienvenue à Gattaca", qui reprend un peu la même thématique de fond : les clivages entre individus et leur rôle dans la société. Le film est interdit au moins de 12 ans (en Belgique), pourtant il n'y a pas plus de violence/gore/sexe que dans un journal télévisé ! A nouveau, je ressors ma critique à l'encontre des traducteurs... Pourquoi traduire "In Time" par "Time Out" ? C'est d'un ridicule !!! A croire que ces gens n'en ont rien à foutre ! Propositions d'autres titres : "En temps et en heure", "A temps", "Temps écoulé", "Pas assez de temps",... bon d'accord mes propositions ne sont peut-être pas génialissimes mais il me semble qu'il y avait moyen de trouver quelque chose en français, non ? Petit clin d'oeil amusant, le méchant des Minute Men (voleurs de temps), interprété par Alex Pettyfer s'appelle... Fortis !

Partager cet article

18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 15:55

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image134.jpgUn petit groupe d'étudiants d'une université en Norvège partent dans la région pour élucider la mort inexpliquée d'animaux fermiers. Durant leurs recherches, des habitants leur parlent d'un braconnier qui serait responsable de la mort d'ours. Ils décident alors de l'interviewer coûte que coûte. Malgré sa réticence, ce dernier accepte leurs présences pendant l'une de ses chasses un peu particulière, la chasse aux trolls...

Une bonne surprise que fut ce film sortit tout droit de Norvège qui mise à 100 % le concept du documentaire amateur à mi-chemin entre "Le projet Blair Witch" et "REC". L'histoire semble simpliste, nous suivons un petit groupe d'étudiants, caméra à l'épaule, réaliser un documentaire sur la mort mystérieuse d'animaux. Au fur et à mesure de leur enquête, ils vont rencontrer un homme, solitaire, chasseur de trolls. L'idée de base semblait sortie tout droit d'un mauvais scénario de films de série B mais finalement, avec un scénario plutôt bien ficelé soutenu par un suspense omni-présent et des effets spéciaux largement réussis, on reste figé devant l'écran à l'écoute du moindre bruit de craquements d'arbres ou de cris de trolls. Bref, ça tient la route et on attends le final avec impatience.

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image419.jpgLe final, parlons aussi un peu du final... Sans trop en dire, la fin m'a un peu déçu. En gros, vite fait, mal fait... On reste sur notre faim et c'est bien dommage car tout le long du métrage, le réalisateur tient le spectateur en haleine et après, pof, ça tombe à l'eau... Un plat lamentable où les questions ne cessent de tournoyer dans nos têtes. 

Enfin, bref, un film bien sympathique qui réserve son lot de scènes bien flippantes malgré un final des plus décevants...

Note : 6/10.

Partager cet article

16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 15:04

Image2-copie-1.jpgAvant sa rencontre avec Shrek, le Chat Potté a eu une jeunesse pleine de surprises... Découvrez l'histoire du plus félin des aventuriers. Miaou ! Il est connu dans le monde entier comme le plus hardi des aventuriers, bourreau des coeurs et matou très cool. Pourtant, on n’a pas toujours cru que le Chat Potté était destiné à élever son humble stature de 2 pieds de haut au rang de héros légendaire. Il grandit dans un petit orphelinat, avec pour seul ami un oeuf malicieux nommé Humpty Alexandre Dumpty et suite à leurs aventures de jeunesse, ce franc-tireur autrefois honorable, devient un félin recherché. Des années plus tard, prenant son destin entre ses pattes, Potté hors-la-loi est embarqué dans d’incroyables aventures et découvre que le chemin de la rédemption est pavé de vieux ennemis, de nouveaux amis et, mieux encore, lui offre l’occasion de devenir le plus célèbre des héros porteurs de bottes.

Les amateurs de Shrek - comme moi - aimeront l'humour décalé de cette histoire inspirée de plusieurs contes de fées. "Le chat botté", bien sûr, mais aussi "Jack et le Haricot Magique", "Alice au pays des Merveilles" (Humpty Dumpty),...

C'est un film familial qui tient les promesses de la bande-annonce, à savoir faire rire toute la famille. La qualité de la 3D est également très présente, les graphismes étant vraiment très fins : on a l'impression qu'on pourrait caresser le chat lorsqu'il est en gros plan ; tant on voit chacun de ses poils animé individuellement ! La voix de Humpty Dumpty me disait quelque chose mais je ne parvenais plus à trouver où je l'avais entendue... Mais oui ! c'est celle de Nicky Larson, de Spirou, entre autres pour les dessins animés, mais aussi de Jon Gilbert de Vampire Diaries, de Dominic Monaghan dans Lost, du Général Zod de Smallville... parmi bien d'autres voix !

Partager cet article

13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 15:53

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image132.jpgJohn Smith est un adolescent apparemment comme les autres mais il est en fait l'un des derniers membres d'une race extraterrestre exterminée. Il n'arrête pas de changer d'identité et fuit le pays de ville en ville accompagné par Henri qui veille sur lui. Arrivé récemment dans une petite ville d'Ohio, il se lit d'amitié avec Sarah, une grand amatrice de photographies. Au fur et à mesure du temps passé ensemble, John commence à ressentir quelque chose de beaucoup plus fort et lorsque le moment est venu de repartir suite à des ennemis qui tente de le tuer, il refuse...

Autant vous dire déjà clairement les choses, on sent bien la petite touche désagréable du cinéma hollywoodien à la "Michael Bay" (en plus, il est le producteur du film, rien d'étonnant...) avec ses clichés redondants comme le gars qui souhaite séduire la fille, le jeune garçon timide du lycée qui finit par reprendre confiance en lui, quelques scènes un peu longues et des personnages stéréotypés (le mec sportif du lycée qui maltraite le petit génie en math...). Enfin, bref, décevant d'un côté.

Mais d'un autre côté, le scénario nous promets des scènes spectaculaires (malgré un rythme qui a dû mal à prendre) à grands renforts d'effets spéciaux tout à fait réussis (mention spéciale aux créatures dont la chimère). Au moment où l'action pointe le bout de son nez, ça n'arrête plus et la tension et le suspense monte crescendo jusqu'à un final, certes un peu baclé à mon goût, mais impressionnant. Tout ceci réalisé par D.J. Caruso à qui l'on doit déjà le sympathique "Paranoiak" avec Shia LaBeouf.

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image218.jpgLe casting est aussi intéressant, on trouve ainsi en tête d'affiche l'acteur Alex Pettyfer vu déjà dans "Tormented" (inédit en France), "Alex Rider : Stormbreaker" et "Sortilèges" au côté de Vanessa Hudgens puis Timothy Olyphant ("The crazies", "Dreamcatcher"...) et Teresa Palmer ("L'apprenti sorcier", "Une soirée d'enfer"...).

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image418.jpgBref, un divertissement simple mais honnête sans grande originalité et parfois un peu cliché mais avec des effets spéciaux de qualité et un casting de premier choix.

Note : 6,5/10.

Partager cet article

12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 18:32

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image131.jpgDans un monde post-apocalyptique ravagé par la guerre entre les hommes et les vampires, un prêtre guerrier se lance à la recherche de sa nièce kidnappée par une horde de vampires malgré le désaccord de l'église...

Bénéficiant d'un casting très prometteur (Paul Bettany, Karl Urban, Cam Gigandet, Maggie Q, Brad Dourif et Christopher Plummer), Priest nous plonge dans un univers obscure où vivent des vampires assoiffés de sang. Rien de bien original, vous allez me dire, et c'est bien là son principal défaut car pour le reste, les scénes d'action sont plus ou moins nombreuses et de qualité et la réalisation de Scott Charles Stewart ("Legion" avec aussi Paul Bettany) reste tout à fait correcte.

Parlons d'un autre point négatif du film, la présence de certains personnages qui n'apportent pas grand chose au film comme le personnage du vendeur interprété par l'acteur "Chucky" Brad Dourif. En revanche, j'ai été très agréablement surpris avec le duo Bettany / Gigandet qui marche plutôt bien à l'écran. Mention spéciale à Maggie Q qui apporte une jolie note féminine avec la jeune actrice Lily Collins qui interprète Lucy.

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image217.jpgJe ne vais pas m'attarder sur les effets spéciaux et autres prouesses techniques sur le film car avec un budget avoisinnant les 60 millions de dollars, il y pas à dire : on peux tout faire quand on a de l'argent... Enfin, il arrive parfois que sur certaines productions qui disposent de gros moyens les effets spéciaux restent assez médiocres mais bon... ici, ce n'est pas le cas.

Pour résumer, l'originalité n'est pas son principal atout mais malgré une intrigue basique et un final un peu décevant et vite expédié, Priest s'annonce être un bon divertissement pour les amateurs de suceurs de sang anti-twilight.

Partager cet article

12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 17:57

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image216.jpgBlu, un ara bleu, a été recueilli dans son enfance par Linda dans une petite ville du Minnesota. Un jour, il se résigne à rencontrer à Rio de Janeiro Perla, la dernière femelle ara, pour sauver l'espèce de l'extinction. Là-bas, rien ne se passe comme prévu : Perla, qui ne pense qu'à retrouver la liberté, n'éprouve que du mépris pour Blu qu'elle traite d'animal domestique. Mais soudain, kidnappés par un trafiquant d'oiseaux, les deux perroquets tropicaux vont devoir faire équipe. Lorsqu'ils parviennent à s'échapper, en plein carnaval, un obstacle de taille se dresse devant eux : Blu ne sait pas voler...

Maintenant ce sont des perroquets qui deviennent les héros, au plus grand plaisir des enfants. Le cinéaste brésilien et les créateurs de l’"Age de Glace" nous ont embarqué dans un pur divertissement familial bourré d’humour, d’action et de couleur visuellement somptueuse. Dans ce film d’animation, au programme, de l’amour et des péripéties menées pendant le carnaval de Rio, nous entrainant dans des rythmes tel la Samba, avec bonne humeur... Du début à la fin, tout est classique, vu et revu, mais malgré cela on ne se lasse pas. Le scénario est simple : un oiseau enlevé quand il était petit puis adopté par une enfant et après avoir grandit, il est devenu un animal domestique qui ne sait pas volé et il est envoyé à Rio avec sa maîtresse pour s'accoupler avec la seule femelle de son espèce pour les sauver de l'extinction, on suit ainsi les mésaventures de ce couple d'oiseaux en faisant des rencontres et en échappant aux méchants... 

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image615.jpgCertains personnages, comme l'ornithologue, sont énervants. Pour ma part, j’ai apprécié la partie de l’enlèvement des Aras mais aussi leur course poursuite pour échapper à leurs ravisseurs. Selon moi, l’histoire d’amour entre l’ornithologue et la propriétaire de Blu était totalement évitable car c’est seulement à la fin que cela figure dans l’histoire. Je trouve qu’ils auraient dû approfondir la romance et les péripéties des Aras quand nos deux amis se retrouvent seul dans la jungle de Rio aidés par des amis à plumes de différentes espèces.

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image315.jpgLa bande-annonce m'avait vraiment refroidi, on aurait dit un film un peu cul cul la praline. A la sortie de la salle, le verdict est sans appel : c'est magnifique, coloré, superbement animé... et on suit avec attention la fin de l’histoire de nos deux amis volatiles mais cela reste malgré tout classique, mais entraînant. Je pense que c’est un film d’animation plus pour les petits que pour les grands.

Partager cet article

11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 15:19

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image515.jpgA la suite d'un accident de parapente, Philippe, riche aristocrate, engage comme aide à domicile Driss, un jeune de banlieue tout juste sorti de prison. Bref la personne la moins adaptée pour le job. Ensemble ils vont faire cohabiter Vivaldi et Earth Wind and Fire, le verbe et la vanne, les costumes et les bas de survêtement... Deux univers vont se téléscoper, s'apprivoiser, pour donner naissance à une amitié aussi dingue, drôle et forte qu'inattendue, une relation unique qui fera des étincelles et qui les rendra...intouchables.

LE film français du moment dont tout le monde parle...oui, j'ai enfin été le voir ! Effectivement, comme tous les gens qui m'en ont parlé, ce film est excellent. Aussi drôle qu'émouvant, sans tomber dans les clichés, avec intelligence, brio, Omar Sy et François Cluzetincarnent deux hommes d'univers diamétralement opposés et qui pourtant vont créer une relation d'amitié étonnante et imprévue.

Le seul petit bémol pour moi est que l'histoire aurait pu être développée encore davantage, pousser plus loin le scénario... J'ai une légère impression de trop peu, bien que le film dure près de 2 heures ! Ce qui m'a marqué également est la musique, très présente tout au long du film. Les mélomanes, amateurs de musique classique ou d'Earth Wind and Fire apprécieront ! Si vous n'avez pas encore été le voir, faites comme moi, foncez-y ! Intouchables a reçu 5 prix et 3 nominations.

Note : 9/10.

Partager cet article

11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 14:55

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image314.jpgD’après l’œuvre originale de Stephen King « La Ligne Verte » dont son titre original est « The Green Mile ». En octobre 1935. Pénitencier d'Etat, Cold Mountain, Louisiane. A l'écart des autres, le bloc E. Celui des condamnés à mort. L'antichambre de l'enfer. Au bout du long corridor vert, la chaise électrique, Miss Cent Mille Volts au répugnant baiser... Sa prochaine victime, John Coffey. Un géant. Le meurtrier des petites jumelles Detterick. Surpris devant leurs cadavres ensanglantés. Etrangement absent. Si calme... Paul, le gardien-chef, l'accueille comme les autres, sans état d'âme... Et pourtant... L'air est étouffant... Quelque chose se trame... Le regard troublant du condamné, les provocations sadiques de Percy Wetmore, une exécution de trop ?... Un rouage va lâcher. Mais lequel ? Pourquoi ? Et qui manipule Mister Jingles, cette étrange souris trop curieuse et trop savante ? Une rencontre qui marquera Paul Edgecomb, gardien chef du Couloir de la Mort pour le reste de sa vie. Le suspense ne fait que commencer.

Le nom de ce film correspond à une ligne qui était tracée par terre dans le couloir de la mort et qu’ont vécu les condamnés à mort avant leur exécution. L’histoire se passe dans le pénitencier de Cold Mountain en 1935. Paul Edgecomb, gardien chef, est chargé de surveiller les exécutions capitales des détenus avec l’aide de son équipe qui compte parmi eux des personnages aux caractères bien marqués. Parmi eux se trouve un colosse, John Coffey un afro-américain, accusé du viol et du meurtre de deux fillettes. Edgecomb, intrigué par cet homme timide et naïf qui possède apparemment des dons magiques, va tissé avec lui des liens très forts qui vont le marqué à vie.

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image281.jpgDans ce film il y a un géant et une petite souris qui ont un moment de tendresse, d’amitié et d’attention humaine dans ce lieu du pénitencier. Jusqu’à la fin de ce film, vous vous demanderez par les flashbacks, si le coupable est vraiment le coupable de ce qu'on l’accuse ou bien si cela arrange tout le monde qu’il soit coupable. Pour ma part c’est un film bien réalisé, très émouvant. Il m’a énormément marqué, les acteurs jouent à la perfection et comme dans tous ses film, Tom Hanks est fabuleux surtout quand il doit jouer la scène où il a une infection urinaire. Cette adaptation au cinéma est fidèle au livre de Stephen King. Personnellement je l'ai lu trois fois, je ne pourrais mieux exprimer mon admiration !

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image282.jpgPour conclure : je trouve qu’il montre avec conviction la dureté d’une prison ainsi que la réalité de la condamnation à mort, dont vous n’en ressortirez pas indemne. Ce film est interdit aux moins de 12 ans et à ne pas manquer, je vous le recommande sincèrement. C’est une œuvre qu’il faut voir au moins une fois dans sa vie et à mon avis il faut lire le livre car comme d'habitude dans le roman il y a plus de détails que dans le film.

Partager cet article

8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 14:10

10 ans se sont écoulés après les terribles meurtres du tueur au masque mais c'est tout de même avec une certaineImage14.jpg appréhension que Sydney Prescott retourne à Woodsboro pour le lancement de son premier roman. Elle retrouve sur place Dewey et Gale et sa jeune cousine Jill. Malheureusement pour elle, le tueur réapparaît et les victimes vont de nouveau s'accumuler...

Après 11 ans d'attente pour les grands fans du maître de l'horreur Wes Craven et de la saga "Scream", l'épisode 4 arrive enfin. Malgré quelques petits films réalisés par-ci par là, Wes Craven ne s'est pas réellement surpassé après sa période post-Ghostface ; je pense surtout au décevant mais pas inintéressant "Cursed" avec Christina Ricci et au quasi-inconnu "My soul to take". Mais bon, il nous a plus surpris en tant que producteur des remake de "La colline a des yeux" et "La dernière maison sur la gauche". Mais parlons plutôt de ce qui nous intéresse ici, le quatrième (et peut être pas dernier) volet de Scream.

Dès le début du film, on commence déjà à retrouver un petit arrière goût de ce qui a fait l'originalité du trois, à savoir le film dans le film, avec la présence des ravissantes Anna Paquin (la trilogie "X-MEN" et la série "True blood") et Kristen Bell (les séries "Veronica Mars" et "Heroes"). Une fois que les premiers meurtres arrivent, le suspense monte crescendo et le spectateur se pose la question ultime tout le long du film : "Mais qui ça peut bien être ?". 

Image15Pour le scénario, on retrouve le même maître à qui l'on doit déjà les 2 premiers (et non, il n'a pas écrit le troisième épisode), je parle bien sûr de Kevin Williamson, auteur aussi de la série "Urgences". Dans un sens tant mieux car on voit que le scénariste maîtrise bien le genre du slasher (il a écrit aussi "Souviens-toi l'été dernier") en mettant en plus aux goûts du jour la saga en utilisant et exploitant les nouvelles technologies (téléphone portable, facebook...) afin de renforcer le réalisme de l'histoire et enfin les scènes de meurtres sont efficaces et avides d'hémoglobine sans tomber dans le gore ultime. De plus, la réalisation est soignée, maîtrisée et apporte même un petit plus au film (quand c'est mal filmer, il y a rien de pire...).

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image127.jpgCôté casting, très bonne surprise car on retrouve avec grand plaisir les trois acteurs principaux des 3 précédents volets : Neve Campbell, Courteney Cox Arquette et David Arquette. C'est déjà une bonne chose... En plus, on trouve de nouveaux visages comme Emma Roberts ("Valentine's Day"), Hayden Panettiere ("Heroes"), Anthony Anderson (déjà habitué aux slashers movie avec sa présence dans "Urban Legend 2") et Adam Brody ("American Pie 2"). Bref, pour résumer, il y en a pour tous les goûts...

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image128.jpgPour terminer cette critique, je dirai que "Scream 4" est un bonne surprise sans pour autant être le meilleur de la série, certains seront déçus, d'autres seront ravis mais l'essentiel c'est de retrouver avec un certain plaisir le légendaire Ghostface pour les amateurs de slashers. Dans tous les cas, pour ma part, le défi de poursuivre la saga 11 après est un succès.

Note : 7,5/10

Partager cet article

4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 18:26

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/image126.jpgTintin, notre intrépide reporter, son fidèle compagnon Milou et son inséparable ami le Capitaine Haddock partent à la recherche d’un trésor enfoui avec l’épave d’un bateau “la Licorne”, commandé autrefois par un ancêtre du Capitaine Haddock. C'est sans compter les obstacles que comptent leur dresser Sakharine et ses complices qui convoitent eux aussi le fameux trésor.

La critique est unanime, c'est un chef-d'oeuvre ! Certes les détraqueurs diront que le film est vraiment "américanisé", et c'est vrai, le mélange des trois albums (pour ceux qui ne le sauraient pas encore : "Le Crabe aux Pinces d'Or", "Le Secret de la Licorne", et "Le Trésor de Rackham Le Rouge") est bien emprunt de la touche Spielberg, et pour ma part je trouve cela vraiment réussi. La 3D et la motion capture sont parfaitement faits pour aller ensemble. Petit bémol, ce qui m'a le plus frappé est le visage de Tintin, avec ses dents et ses yeux qui pour moi sont un peu bizarres... Ainsi que le rôle de Gad Elmaleh, je pensais qu'il aurait une place plus importante et finalement il n'apparaît même pas cinq minutes. Cependant je peux citer des points positifs comme les nombreux gags qui raviront les plus petits ainsi que les clins d'oeils aux autres albums (je défie les plus tintinophiles de les trouver tous, c'est une véritable chasse aux indices...). Spielberg a pris quelques libertés et réécritures, et ce n'est pas plus mal d'ailleurs, tout en respectant l'esprit original des albums d'Hergé. Vraiment j'ai passé un excellent moment, à regarder le film en anglais, on apprend plein de choses ! J'irai probablement le revoir en VF. Un très bon film à recommander pour les tintinophiles de 7 à 77 ans (et je dirais même plus) !!!

A noter : Le premier personnage dont on voit le visage dans le film est un artiste du marché, réalisant un portrait de Tintin. Il se trouve que ce portraitiste a la tête d'Hergé ! Hergé se représentait souvent comme personnage figurant dans les albums de Tintin, un peu comme Goscinny et Uderzo dans les albums d'Astérix se sont dessinés aussi, parmi d'autres personnalités ( ex : Pierre Tchernia, Annie Cordy, Jacques Chirac, les Beatles,...).

Partager cet article

4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 18:18

Image4-copie-1.jpgHollywood, 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L'arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l'oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l'histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l'orgueil et l'argent peuvent être autant d'obstacles à leur histoire d'amour.

Film surprenant entièrement en noir et blanc (à l'ère de la 3D !), dans lequel les acteurs principaux rendent hommage au cinéma muet et au début du cinéma parlant. Les costumes et les décors d'époque nous plongent à fond dans l'histoire et le manque de couleur n'est pas du tout gênant, contrairement à ce qu'on peut penser.

Dans cette comédie romantique, deux "acteurs" hors du commun ont une grande place : le chien, un vrai personnage à part entière, et la musique, restituant parfaitement l'ambiance des films muets de l'époque. L'idée du "film dans le film" est assez réussi, la qualité de l'image est superbe, les transitions aussi.

Cette oeuvre, qui a reçu de nombreuses récompenses (voir ci-dessous), est un vrai petit bijou pour les cinéphiles. Une question se pose cependant : à qui le titre du film fait-il référence ? George Valentin ou Peppy Miller ? Pour ma part j'en ai conclu qu'il s'applique aux deux, et c'est pour ça qu'on a laissé le titre en anglais, pour laisser le choix au spectateur...

L'histoire est inspirée de la véritable histoire de John Gilbert et Greta Garbo. Les récompenses que ce film a reçu sont : le prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes 2011 pour Jean Dujardin, deux Spotlight Awards au Hollywood Film Festival pour Bérénice Béjo et Jean Dujardin, une Palme Dog au Festival de Cannes 2011 pour le chien Uggy (dans le rôle de Jack, le chien de George Valentin), ainsi qu'un Audience Award en tant que "Best Narrative Feature" au Festival international du film des Hamptons pour Michel Hazanavicius.

Partager cet article

4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 18:09

Image2Bella et Edward vont enfin se marier, malgré les réticences de certains (Charlie, le père de Bella, et surtout Jacob...), réticences lpaissées de côté car tous ne veulent que le bonheur de Bella. Le mariage est (presque) parfait, comme un conte de fées, et les deux amoureux s'en vont en lune de miel à Rio, sur une petite île offerte à Esmée par Carlisle.

Suite et presque fin de la saga vampiresque, dans laquelle les rebondissements que l'on voit dans la bande annonce résument entièrement le film. Je me suis un peu ennuyé avec des longueurs à certains moments, et même les scènes romantiques m'ont parues très fades ! Edward me semblait déjà très "plat" dans les précédents volets, dans celui-ci ça va, je me suis fait à l'idée ; par contre Bella est vraiment bizarre, ne sachant pas ce qu'elle veut...

J'espère sincèrement pour l'auteur que ses livres sont meilleurs que leurs adapations au cinéma ! Autre élément désagréable, il y avait dans la salle pleine de filles - oserais-je dire midinettes? - qui rigolaient à longueur de temps, alors que le film n'est pas censé être comique. Grosse déception pour moi. J'irai tout de même voir la finale, afin de connaître la fin de l'histoire, car je n'aime pas laisser quelque chose en suspens, mais là l'histoire se finit en manquant de saveur. L'ultime volet, "Twilight - Chapitre 4 : Révélation 2ème partie", sortira le 14 novembre 2012.

Partager cet article

1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 18:48

harrypotter8partie2Dans cette deuxième partie de cet épisode final, la bataille entre le Bien et le Mal de l'univers des sorciers va se terminer dans une guerre sans pitié en retrouvant la plupart des protagonistes des épisodes précédents dont le trio de jeunes sorciers : Harry, Hermione et Ron.

Durant les toutes premières minutes du film, on se dit "ça y est, tout se terminera bientôt" et puis au fur et à mesure de la projection, on est témoin de nombreuses scènes de bataille impressionnantes, d'un suspense omniprésent, d'un casting épatant qui réunit, en effet, les acteurs précédents vus dans la saga et d'un final des plus éblouissants et réussis. Que dire de plus pour cet ultime volet que de nombreux fans attendaient avec impatience... Et bien juste que la saga se termine en apothéose dans un vibrant et fabuleux spectacle rempli d'émotion, de magie et d'action... Harry Potter, tu vas nous manquer.

Après dix ans de sorcellerie, les aventures d'Harry Potter se termine avec cet ultime volet signé de nouveau par David Yates (4 au total)... La saga Harry Potter est celle qui aura engendré le plus de recettes au box office mondial. Les parties 1 et 2 de ce dernier volet ont été tournées en même temps.

Partager cet article

Recherche

Suivez nous aussi sur les réseaux sociaux

Nos Concours

Partenaires officiels

http://i35.servimg.com/u/f35/16/38/28/65/logofa11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/wildsi11.jpg
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/abgrou10.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/cine-f10.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/m6vide10.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/snd11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/artusf11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/warner10.png
http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/seven710.png
http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/paramo11.png
http://i35.servimg.com/u/f35/16/38/28/65/orange10.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/metro11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/logo-u10.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/filmot11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/sans_t11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/studio11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/13487410.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/centur10.png
http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/wildbu13.png
http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/citel10.png
http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/13539310.png

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/disney10.png

http://i11.servimg.com/u/f11/16/38/28/65/logoso10.png
http://i11.servimg.com/u/f11/16/38/28/65/logoac10.png
http://i72.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logoba10.png
http://i11.servimg.com/u/f11/16/38/28/65/logo_a11.png
http://www.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logosh11.png
http://i72.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logoar12.png
http://i72.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logoav15.png
http://i81.servimg.com/u/f81/16/38/28/65/epicen11.png

http://i81.servimg.com/u/f81/16/38/28/65/carlot11.png

http://i81.servimg.com/u/f81/16/38/28/65/header11.jpg
http://i81.servimg.com/u/f81/16/38/28/65/logo_f11.png
http://i72.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logopa11.png
http://i72.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logofr11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/12/83/41/14/logoph10.png