29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 10:14

"Happy Birthday Mr Mograbi"

Avi Mograbi est engagé pour faire un film sur les 50 ans de l'état d'Israël. Pendant le tournage, il se rend compte que deux autres anniversaires ont lieu en même temps : le sien et celui des 50 ans de la Nakba, la "catastrophe", le début du problème des réfugiés palestiniens dépossédés de leurs terres après la guerre de 1948...

Deux ans après son premier long métrage, Avi Mograbi revient avec une vision troublante et choc des festivités des 50 ans de la Nakba et les dérapages de l'armée israélienne sur les manifestants palestiniens. Un métrage toujours aussi fort et poignant qui en dit long sur la vision engagé du réalisateur et sur la situation politique et militaire en Israél.

Note : 6,5/10.

"Comment j'ai appris à surmonter ma peur et à aimer Ariel Sharon"

En 1996, alors que la campagne électorale en Israël approche, Avi Mograbi décide de faire un film sur la figure politique contestée d'Ariel Sharon...

Pour son premier long métrage, le réalisateur israélien Avi Mograbi nous livre un film documentaire poignant entre fiction et réalité critiquant vivement la droite israélienne et ses représentants les plus symboliques. Une oeuvre sensible et forte qui a le mérite de vous en mettre plein la vue.

Note : 6,5/10.

"Pour un seul de mes deux yeux"

Alors que la seconde Intifada plonge les Israéliens dans la terreur et les Palestiniens dans le dénuement et la frustration, Avi Mograbi croit pourtant en la force du dialogue avec les Palestiniens assiégés et avec l'armée israélienne omniprésente. Pour s'interroger sur le conflit, le réalisateur convoque les mythes de Samson et de Massada...

Présenté en sélection officielle, hors-compétition, au Festival de Cannes 2005, "Pour un seul de mes deux yeux" s'illustre de part sa vision troublante et engagé du réalisateur. Il va s'intéresser au mythe de Samson et de Massada qui enseignent aux jeunes générations israéliennes que la mort est préférable à la domination. Avi Mograbi signe ici une oeuvre très forte visuellement remplit de colère comme le montre l'altercation entre le réalisateur et des soldats israéliens.

Note : 7/10.

"Août, (Avant l'explosion)"

Avi Mograbi déteste le mois d'août. Il symbolise à ses yeux tout ce qu'il y a de plus insupportable en Israël. Au fil des trente et un jours de ce mois quelconque, il sillonnne les rues avec sa caméra et nous livre ses réflexions. Un pamphlet du plus subversif des réalisateurs israéliens, analysant la paranoïa et la violence quotidienne en Israël...

Le réalisateur filme ici les excès de violence et les tensions omniprésences qui errent dans les rues d'Israél au mois d'août 2001. Sans ménagement, il n'hésite pas à aller vers les autres pour saisir sur le vif leurs témoignages et leurs avis sur le conflit  israélo-palestinien et ceux de manière très explicite. Une oeuvre atypique qui met au jour la peur et la violence latente d'une population israélienne sans lendemain.

Note : 7/10.

"Z 32"

Un ex-soldat israélien a participé à une mission de représailles dans laquelle deux policiers palestiniens ont été tués. Il cherche à obtenir le pardon pour ce qu'il a fait. Sa petite amie ne pense pas que ce soit si simple, elle soulève des questions qu'il n'est pas encore capable d'affronter. Le soldat témoigne volontairement devant la caméra tant que son identité n'est pas dévoilée. Le cinéaste, tout en cherchant la solution adéquate pour préserver l'identité du soldat, interroge sa propre conduite politique et artistique...

Ce film est poignant et non raccoleur, les interludes musicaux d'Avi Mograbi ne font qu'appuyer le récit du jeune soldat. On aime ou on n'aime pas mais la sincérité et le traumatisme à travers ce témoignage est bouleversant et mérite non seulement à être vu mais aussi à être compris.

Note : 8/10.

"Dans un jardin je suis entré"

"Dans un jardin je suis entré" fantasme un ancien Moyen-Orient, dans lequel les communautés n'étaient pas séparées par des frontières ethniques et religieuses, un Moyen-Orient dans lequel même les frontières métaphoriques n'avaient pas leur place. Avi (Mograbi) et Ali, son ami palestinien d'Israël, entreprennent un voyage vers leur histoire respective dans une machine à remonter le temps née de leur amitié. Le Moyen-Orient d'antan, où ils pouvaient coexister sans effort, refait surface avec une grande facilité...

Avec autant de force et d'intérêt, le réalisateur israélien Avi Mograbi nous livre une nouvelle oeuvre personnelle et engagée qui a le mérite de tenir un propos clair et sans équivoque. Une oeuvre intemporelle qui a le mérite de donner un point de vue contradictoire sur un moyent Orient d'antan oublié sans concession. 

Note : 6,5/10.

Partager cet article

commentaires

Recherche

Suivez nous aussi sur les réseaux sociaux

Nos Concours

Partenaires officiels

http://i35.servimg.com/u/f35/16/38/28/65/logofa11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/wildsi11.jpg
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/abgrou10.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/cine-f10.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/m6vide10.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/snd11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/artusf11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/warner10.png
http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/seven710.png
http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/paramo11.png
http://i35.servimg.com/u/f35/16/38/28/65/orange10.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/metro11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/logo-u10.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/filmot11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/sans_t11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/studio11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/13487410.png
http://i38.servimg.com/u/f38/16/38/28/65/centur10.png
http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/wildbu13.png
http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/citel10.png
http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/13539310.png

http://i48.servimg.com/u/f48/16/38/28/65/disney10.png

http://i11.servimg.com/u/f11/16/38/28/65/logoso10.png
http://i11.servimg.com/u/f11/16/38/28/65/logoac10.png
http://i72.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logoba10.png
http://i11.servimg.com/u/f11/16/38/28/65/logo_a11.png
http://www.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logosh11.png
http://i72.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logoar12.png
http://i72.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logoav15.png
http://i81.servimg.com/u/f81/16/38/28/65/epicen11.png

http://i81.servimg.com/u/f81/16/38/28/65/carlot11.png

http://i81.servimg.com/u/f81/16/38/28/65/header11.jpg
http://i81.servimg.com/u/f81/16/38/28/65/logo_f11.png
http://i72.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logopa11.png
http://i72.servimg.com/u/f72/16/38/28/65/logofr11.png
http://i38.servimg.com/u/f38/12/83/41/14/logoph10.png